30/06/2006

Adrian Bouldt – Fêtes de la musique 2006

Dimanche 25 juin – Clavier part 2

 

Anecdote :

Après le concert, je vais au bar prendre une bonne bière bien méritée… Conversation avec le barman.

Lui : Tu joue dans un groupe belge ?

Moi : Bein wais, Adrian Bouldt !

Lui : Bein wais… J’ai acheté votre nouvel album la semaine dernière…

Moi : Et alors ?

Lui : Bein, je le trouve poussiéreux.

Moi : Ah oui ?

Lui : wais, le concert était super, vraiment bien ; mais l’album, bof.

Moi : Tu sais, nous, on l’aime bien, mais je comprends que ça ne peut pas plaire à tout le monde…

Sur ce, il va me chercher ma bière et quand il revient, je lui dis : « Désolé pour toi ; mais, en tous cas, merci de ta sincérité ! »

C’est vrai : je préfère cette franchise aux critiques qui courent dans notre dos. C’est finalement beaucoup plus positif.

C’est bon à savoir que d’autres n’appréhendent pas toujours les choses comme nous l’avions espéré. Surtout s’ils se sont fendu d’une quinzaine d’euros pour acheter notre disque… Alors, ça permet d’y réfléchir ; même si on ne prend pas ces remarques au pied de la lettre, … On ne peut pas plaire à tout le monde, heureusement !.

 

Conclusion : on fait la musique que nous aimons, en espérant qu’elle plaira au plus grand nombre, sans prétentions démesurées. On voit pas mal de jeunes groupes qui ont un succès quasi instantané et c’est beaucoup plus difficile pour eux à chaque étape de leur évolution parce qu’ils ont beaucoup plus de mal à prendre du recul. Leur intégrité risque alors de leur échapper.

En effet, aujourd’hui, la confusion est grande entre artiste et produit… On ne fait plus la différence. Maintenant, un grand artiste, c’est un grand vendeur, un phénomène commercial…

Dommage !

Aux potentiels auditeurs d’y réfléchir : est-ce que j’aime cette musique parce tout le monde en parle ou parce qu’elle me touche ?

 

17:46 Écrit par Fran dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : concert, adrian bouldt |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.